les hypothèses

voici quelques une de vos hypothèses intéressantes (ou pas!) avec mes remarques en orange

« Je pense que pour évaluer la quantité de CO2 il doit prendre en compte la taille du logement et le type d’isolation(fenêtre, bois, pvc, simple ou double vitrage) et l’age du chauffage et l’entretien du chauffage. »

→ Cela est vrai. Cependant, pour cela, il faut que quelqu’un, à un moment, est calculé le lien entre toutes ces informations et la quantité de dioxyde de carbone rejetée. Dans ce TP, nous cherchons en partie à comprendre comment on peut calculer la quantité de CO2 produite.

« Je pense qu’il peut évaluer la quantité de CO2 » ;
« Je pense que le diagnostiqueur doit faire une combustion de méthane et évaluer combien de CO2 est apparu. »

donc il peut évaluer la quantité de CO2 en évaluant la quantité de CO2 … mais en pratique, comment va-t-il faire?

« Je pense que le diagnostiqueur peut voir la quantité de CO2 »

→ le CO2 est invisible !

Certains ont proposé de peser le gaz, ce qui est difficile, ou d’utiliser des test de reconnaissance mais les tests ne permettent que de trouver le nom d’une substance, pas la quantité.

Voici de bonnes hypothèses (en lien direct avec le problème, c’est-à-dire en partant du fait que l’on brûle du méthane) mais incomplètes car il n’est pas précisé du tout comment faire une fois qu’on connaît la quantité de méthane

« je pense que le CO2 est un produit fabriqué à partir de la combustion du méthane. »  ; « Je pense qu’il peut grâce à la quantité de méthane »

Les grandes gagnantes sont:

« je pense qu’il suffit de calculer la consommation du méthane pour avoir la quantité de CO2 que rejettera un logement équipé d’un chauffage au gaz de ville »

« Je pense qu’il peut évaluer la quantité de CO2 rejeté en connaissant la quantité de méthane utilisé. »
« Peut-être que le diagnostiqueur se sert d’une transformation chimique pour calculer cette quantité. »



Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.